Histoire culturelle de la Grande Guerre PDF, EPUB

La danse sociale reprit en 1919 après la fin des combats.


ISBN: 2200269951.

Nom des pages: 109.

Télécharger Histoire culturelle de la Grande Guerre gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

À l’été 2002, l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, dans la Somme, fêtait le dixième anniversaire de son inauguration. On sait le rôle joué par cette institution dans le renouvellement muséographique du Premier conflit mondial. On sait aussi quelle impulsion son Centre de recherche, présidé par Jean-Jacques Becker, a donné à l’historiographie de cette période. C’est précisément pour faire le point sur cet apport, et pour indiquer de nouvelles perspectives, que se tint alors à Péronne un grand colloque international désireux de faire le bilan de dix années d’histoire culturelle de la Première Guerre mondiale.

Ce sont les actes de ce colloque que l’on trouvera dans ce livre. Les plus grands spécialistes européens de la question s’y attachent d’abord à analyser la phase initiale d’historicisation de la guerre, pendant le conflit lui-même et lors des années d’entre-deux-guerres principalement. Dans un second temps sont abordées ses multiples représentations, dans des domaines aussi différents que le témoignage combattant, le fait religieux, la création artistique, la muséographie. Un troisième axe, plus étoffé, pose la question de l’avenir de l’histoire culturelle de la Grande Guerre. Sans esquiver l’autocritique, elle trace des pistes de travail qui ne peuvent laisser indifférents les chercheurs d’aujourd’hui et de demain.

Sous la direction de Jean-Jacques Becker et du Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne.

Stéphane Audoin-Rouzeau est directeur d’Études à l’EHESS.

Jean-Jacques Becker est professeur émérite à l’université Paris-X.

Annette Becker est professeur émérite à l’université Paris-X.

Suzanne Brandt est maître de conférences à l’université de Düsseldorf.

Alain Chatriot est chargé de recherches au CNRS.

Annie Deperchin est membre du comité directeur du Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne.

Laura-Lee Downs est directrice d’Études à l’EHESS.

Étienne Fouilloux est professeur émérite à l’université de Lyon.

John Horne est professeur à l’université de Dublin.

Gerd Krumeich est professeur à l’université de Düsseldorf.

Paul Lerner est professeur associé à l’université de Los Angeles.

Christophe Prochasson est directeur de recherches à l’EHESS.

Anne Rasmussen est maître de conférences à l’université de Strasbourg.

Nicholas Saunders est maître de conférences à l’université de Londres.

Leonard Smith est professeur à l’université d’Oberlin (Ohio).

David Stevenson est professeur à la London School of Economics.

Hew Strachan est professeur à l’université d’Oxford.

Carine Trévisan est maître de conférences à l’université Paris-VII.

Quinze ans d’histoire culturelle de la Grande Guerre. Analyser la guerre. Le cadre conceptuel. Représenter la guerre. Quel avenir pour l’histoire culturelle de la Grande Guerre ?

Ces travaux étaient souvent très techniques et si détaillés qu’ils ont pris des décennies à apparaître. En bref, la culture de la guerre comprend ici les traditions intellectuelles des commandants, les expériences et les réactions des soldats et les produits de la mémoire propres au combat. La mémoire est ce que les individus rappellent; Ce n’est que rarement national et on ne peut parler de mémoire collective que lorsque des groupes de personnes agissent en public ensemble.

Incliné vers le socialisme avant 1914, les injustices de guerre de ce genre ont évidemment poussé Neumann plus à gauche, et ensuite il a rejoint le Parti communiste. La plupart des Slovaques, si l’on en croit les légionnaires slovaques, étaient aussi indifférents à l’indépendance qu’ils l’avaient été à la guerre, et ne ressentaient donc pas le besoin de documenter leur expérience (Jokel 1933, 36, Kocan 1933, 96; 81). Moulant le moule du XXe siècle, la Première Guerre mondiale a eu un impact durable sur le plan géopolitique et socioculturel. Néanmoins, le déclenchement de la guerre en 1939 ne fut pas accueilli par de grandes manifestations; même à Berlin, l’humeur publique était sombre et contenue.