Production et valorisation de Panicum en alimentation animale: Burkina Faso, Afrique de l’Ouest PDF, EPUB

École des sciences biologiques, Université d’East Anglia, Norwich NR4 7TJ, Royaume-Uni.


ISBN: 3639506162.

Nom des pages: 120.

Télécharger Production et valorisation de Panicum en alimentation animale: Burkina Faso, Afrique de l’Ouest gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

L’étude d’adaptabilité du Panicum maximum C1 a été conduite dans 4 zones phytogéographiques du Burkina Faso. Elle porte sur la production de Panicum. Le comportement de Panicum maximum C1 a été étudié sur les effets des doses d’engrais, des types de sols, des milieux ouvert et fermé. Sa gestion a été suivi pour déterminer des périodes de traitements (début montaison, montaison et épiaison) de coupe idéale et de l’application d feu sur la capacité de repousse et de conservation du fourrage. Les meilleures productions de biomasse ont été obtenues au stade début montaison. Des essais de digestibilité des rations à base de Panicum maximum vulgaris, P.maximum cultivar C1 avec du M. cochinchinensis 1 et Mucuna cochinchinensis 2 et deux variétés de niébé : IAR7-180 et KVX-745-11-P ont été distribués à des ovins. Des taux d’incorporation de 60% de graminées et 40% de légumineuses dans la ration donnent une utilisation assez efficace des constituants chimiques par les ovins.

Curtis et ses collègues ont montré que des catalyseurs hautement efficaces et accessibles sont nécessaires pour atteindre des niveaux élevés de production de pétrole à partir de la coproduction de charbon et de résidus lourds. Envoyé à Afoakwa le 17-06-2015 (l’a prouvé le 26-06-2015). Analyse financière des jardins familiaux: Une étude de cas de l’état de Kerala, Inde 283.

Soumis le 15-06-2012 Envoyé à Hannah le 07-09-2012. Planter des arbres et des arbustes dans les champs cultivés de façon structurée est une nouvelle expérience pour les agriculteurs des sites du projet. Il semble que la fermentation de différentes matières organiques peut produire de la chaleur et les composés toxiques résultants tels que certains acides organiques, l’ammoniac et les sels d’ammonium qui peuvent réduire la croissance de l’orobanche à des concentrations appropriées. Le bon contact entre les agriculteurs et les vulgarisateurs (une approche pratique) était la stratégie de diffusion clé (Galiba 1994).